Et si on passait au virtuel pour nos achats ?

Le commerce a beaucoup évolué ces dernières années grâce à la digitalisation, quelle pourrait être sa future évolution ?

En effet, nous avons connu le e-commerce, qui est le fait d’acheter des produits ou services en ligne. Depuis, est apparu le m-commerce, qui regroupe l’ensemble des transactions commerciales réalisées sur terminaux mobiles (smartphones ou tablettes), notamment par le biais d’applications mobiles. Et, dans un futur plus ou moins proche, nous connaitrons surement le v-commerce. Mais, de quoi s’agit-il ??

Le v-commerce (Virtual Commerce) désigne les achats réalisés au travers des technologies de la réalité virtuelle ou de la réalité augmentée. Il peut s’agir de ventes faites dans les boutiques physiques, ou directement de ventes réalisées chez soi, avec des outils virtuels (casques par exemple).

Quelle est la différence entre la réalité virtuelle et la réalité augmentée ?

La réalité virtuelle est une technologie permettant à l’utilisateur de se plonger dans un monde totalement fictif (se rapprochant le plus de la réalité), dans lequel il peut se déplacer au travers d’un casque de réalité virtuelle.

La réalité augmentée, elle, utilise le monde réel pour y afficher des éléments virtuels. La réalité perçue est alors « augmentée » d’informations digitales. Cette technologie est utilisée au travers d’appareils tels que des casques, smartphones, tablettes ou ordinateurs.

Comment peut-on appliquer ces technologies au commerce ?

Aujourd’hui, le e-commerce et le m-commerce ont pris une très grande ampleur avec près de 85% d’internautes ayant effectué des achats en ligne en 2017, et ce chiffre ne cesse d’augmenter. Mais, les consommateurs ressentent encore le besoin de se rendre dans des magasins pour certains produits afin de les voir, les toucher, les sentir ou les goûter.

Le v-commerce pourrait permettre de remédier aux lacunes du commerce en ligne. En effet, il permettrait de visualiser les produits en grandeur nature, de les toucher et de détecter leur matière grâce à des capteurs, et même de les sentir par le biais de capsules odorantes.

La combinaison de ces 3 technologies n’est pas encore opérationnelle, mais à terme, l’expérience du commerce virtuel permettra de faire ses choix d’achat beaucoup plus facilement.

Le v-Commerce transforme déjà le shopping

Certaines entreprises ont compris que le v-commerce a un potentiel business fort. Voici un exemple d’entreprises utilisant déjà le « Virtual commerce »

  1. Ikea : Grâce à l’application mobile de réalité augmentée « Ikea Place » disponible depuis mai 2018, l’utilisateur scanne la pièce dans laquelle il se trouve et choisis un meuble pour l’ajouter à son environnement. Ainsi, il peut vérifier si le meuble s’accorde bien à son appartement, en termes de couleur et de taille. S’il est satisfait du rendu, il peut directement l’acheter depuis l’application.

  1. Ray-Ban propose de tester virtuellement, grâce à de la réalité augmentée, ses modèles de lunettes. Une caméra est utilisée pour détecter un visage et l’application propose différents modèles qu’elle juge adaptés à ce visage pour les essayer.

  1. Décathlon, depuis mai 2017, a mis en place un dispositif de réalité virtuelle dans une quinzaine de magasins en France afin de promouvoir les tentes Quechua. L’outil permet aux clients de découvrir les différentes tentes dans trois mondes totalement virtuels, très proches de la réalité (montagne, forêt et désert) grâce à des casques. Les utilisateurs découvrent les caractéristiques des tentes à taille réelle.

Et la sécurité dans tout ça ?

Des chercheurs américains ont démontré qu’il est possible de prendre le contrôle d’un casque de réalité virtuelle à l’aide d’un malware et de modifier les contenus que voit l’utilisateur. Cela peut le mettre en danger dans la vie réelle, en le faisant se cogner dans un mur, par exemple.

Les failles de sécurité concernant cette technologie ne sont pas encore exploitées à grande échelle. En effet, comme dans le cycle de vie sécurité de toute nouvelle technologie, les attaques cyber massives n’apparaissent que quelques années après la démocratisation du produit.

Concernant le paiement en ligne, la problématique est identique à celle rencontrée actuellement.

Alors ça vous tente le v-Commerce ?

Manon

© 2020 par Actinuance Consulting.

  • LinkedIn - Grey Circle

CONTACTEZ-NOUS