Un point sur la Blockchain

Les années 90 ont marqué l’histoire en introduisant une technologie jugée révolutionnaire : « Internet ». Aujourd’hui c’est la « Blockchain » qui prend la relève, une nouvelle technologie qui permet de se passer de tout intermédiaire.

Mais que veut dire « Blockchain » ?

En effet la blockchain peut être définie comme un registre de compte important sur lequel tout le monde peut y avoir accès et où chaque page représente un bloc. Les individus appelés « Mineurs » se chargent de valider ces blocs qui par la suite ne pourront subir aucune modification. Ainsi la blockchain permet de stocker une donnée dans un réseau public tout en étant certain que personne n’aura la capacité de la supprimer ou de la modifier.

Et alors … ?!

Imaginons que vous souhaitez envoyer de l’argent à une personne qui habite dans un autre pays. Pour réaliser cette transaction vous êtes dans l’obligation de passer par une banque, de payer des frais importants mais aussi d’attendre plusieurs jours avant que l’argent soit arrivé chez votre destinataire. Ainsi, avec la technologie blockchain vous avez la possibilité de réaliser la même transaction en limitant ces contraintes (suppression des intermédiaires, diminution des frais et allègement des délais).

De plus, la blockchain est constituée d’une autre application qui est celle de la protection de la propriété (numérique et intellectuelle). En effet, cette-dernière est capable de stocker des « Blueprint » qui jouent le rôle de brevets et qui serviront donc de preuve en cas de litige.

Focus sur la cybersécurité

Dans une aire où les attaques se multiplient, la sécurité informatique semble jouer un rôle de plus en plus important au sein des entreprises. Celle-ci est déclinée en quatre grands axes :

  1. Disponibilité

  2. Intégrité

  3. Confidentialité

  4. Traçabilité

La première analyse de la technologie blockchain permet de comprendre qu’elle possède la capacité à répondre à trois des quatre grands axes de la sécurité informatique :

  1. Disponibilité : à travers son caractère distribué (voir exemple ci-après),

  2. Intégrité : à travers l’impossibilité de modifier les données stockées sur la blockchain,

  3. Traçabilité : à travers l’enregistrement et l’accessibilité de toutes les transactions et évènements dans le monde entier.

Néanmoins, le premier challenge de la blockchain en termes de sécurité sera de trouver une réponse à l’axe de la confidentialité qui représente un besoin primaire pour les entreprises gérant des données à caractère sensible.

Et si la Blockchain devenait « Mainstream » !

Le 10 Mai dernier, un « aiguilleur du Net » français (Cedexis) a subi une attaque de déni de service distribué (DDoS) entrainant dans son sillage plusieurs grands sites d’informations français (Le Figaro, Le Monde, Le Parisien ou encore L’Équipe), les mettant alors hors service.

L’attaque par saturation de requêtes DNS ciblait le réseau DNS Anycast, son impact pour une grande partie des sites a duré entre 5 et 53 minutes, une durée d’indisponibilité très importante.

Figure 1 : Attaque DDoS (DNS classique)

Ainsi, imaginons une situation où les enregistrements DNS sont sauvegardés sur la Blockchain. Grâce à celle-ci le niveau de sécurité s’améliorera de façon considérable car elle pourra réaliser le scénario suivant :

Remplacer le DNS classique centralisé par un DNS distribué qui pourra faire face aux attaques DDoS en supprimant la cible unique que les hackers peuvent attaquer pour compromettre l’ensemble du système.

Figure 2: Attaque DDoS (DNS distribué)

Aymen

© 2020 par Actinuance Consulting.

  • LinkedIn - Grey Circle

CONTACTEZ-NOUS